Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 14:49

Marsain en Saint-Nazaire

(lieu-dit, étang, four de )

(Quartier de L’immaculée)

 

marsain
 

Four de Marsain jouxtant l’étang de Guindreff

(photo Karrikell)

 

 

Ce lieu s’écrivait dans le passé marzein ou marzin.

A l’origine ce lieu devait être le domaine d’un dénommé Marzin, forme

bretonne de Martin ou peut-être formé du breton arzh, qui signifie ours en français.

 

Marsain a été une châtellenie et ensuite une baronnie très importante, elle fut unie à Saint-Nazaire en  1660.

Les « traces » actuelles dans la toponymie de la baronnie sont le village, l’étang de Marsain près du village, le four (jouxtant un autre étang, celui de Guindreff).

 


 

 

Recherche (google maps donc non exhaustive)

des noms de lieux équivalents dans le reste de la Bretagne :

 

Marzan, en Morbihan, pays de la roche-Bernard.

 


L’histoire importante de Marsain mérite qu’on s’y arrête un instant (source InfoBretagne.com, remanié par mes soins)

 

 

Le manoir seigneurial de Marsaint en la paroisse de Saint-Nazaire, selon l’historien breton De l’Estourbeillon

, donna son nom à une noble famille représentée en 1275 par Guillaume de Marzein, chevalier, bienfaiteur de l'abbaye de Prières.

Ces sires de Marzein portaient losangé d'hermines et de gueules et dans un sceau de 1381 un loup passant. La maison de Marzein, ajouté le même auteur, se fondit dans la famille de Cleuz.

 

 

blason marzein
                      Blason de Marsein

 

 

Un des seigneurs de Marsaint acheta en 1660 la vicomté de Saint-Nazaire et à partir de cette époque la baronnie de Marsaint fut unie, de fait sinon féodalement, à cette seigneurie.

 

A partir de cette date et jusqu’en 1789 les sires de Marsaint furent les vicomtes de Saint-Nazaire.

 

La seigneurie de Marsaint était certainement à l'origine une châtellenie d'ancienneté. Elle relevait presque entièrement de la vicomté de Saint-Nazaire ; ses fiefs, avec haute justice et gibet à quatre poteaux, s'étendaient dans cinq paroisses : Saint-Nazaire, Saint-Lyphard, Escoublac, Montoir et Saint-André-des-Eaux (Déclaration de Marsaint en 1679).

 

 

  Droits et privilèges des seigneurs de Marsaint

 

Le prieur de Saint-Nazaire devait chaque année présenter au seigneur de Marsaint ou à ses officiers, dans la nuit de Noël, entre la messe de minuit et celle du point du jour, deux justes de vin contenant chacune une pinte, accompagnées chacune d'un pain d'un sou ; cette double redevance devait être posée par le prieur, moitié sur une pierre se trouvant dans la cour au manoir de Marsaint et moitié sur d'autres pierres élevées dans l'île du Bois-Savary (Déclaration de Marsaint en 1679).

 

don_nature.jpg
 Don en nature (gravure encarta)

 

 Parmi les tenanciers du fief de Marsaint quelques habitants de Saint-Nazaire devaient à leur seigneur l'un « deux sonnettes de laiton pour armer oiseaux de proie avec un gant de jeu de paume », l'autre « deux esteufs pour jouer à ladite paumez » (Déclaration de Marsaint en 1679).

 

paume

 On jouait à la paume à Marsain !

(gravure tirée de Jeu de paume et jeu d’échecs , Valère Maxime, Faits et dits mémorables, XVe siècle)

 

 

Le sire de Marsaint jouissait de plusieurs prééminences dans l'église paroissiale de Saint-Nazaire ; il y possédait même du côté de l'évangile une chapelle prohibitive, consacrée au Rosaire en 1679 et alors appelée chapelle de Carné.

 

Tant qu'il se trouvait en résidence à Marsaint, certain sire de Mareil, son vassal, devait garnir d'un tapis convenable cette chapelle seigneuriale où il venait prier (Déclaration de Marsaint en 1679).

 

Dépendances de Marsain

 

Le domaine proche de la seigneurie comprenait :

 

  • l'ancien château de Marsaint, aux portes de Saint-Nazaire et dans la paroisse de ce nom, avec sa chapelle dédiée à saint Yves, sa cour fermée de murs et cernée de douves, ses jardins, prés, colombier et bois de décoration ; en 1679 ce n'était plus qu'un manoir ruiné dont il ne reste aucun vestige aujourd'hui
  •   l'étang, les vignes et les garennes de Marsaint
  •  les moulins à vent de Mouédé et de Cran en Saint-Nazaire
  •  les métairies du Grand et du Petit Marsaint et celle de la Villerobert
  •  un auditoire et un four banal dans la ville même de Saint-Nazaire
  • la dîme des Chevaliers et quelques autres dîmes dans les paroisses de Saint-Nazaire et d'Escoublac, etc... (Déclaration de Marsaint en 1679)

Partager cet article

Repost 0
Published by karrikell.over-blog.com - dans Toponymie bretonne de Saint-Nazaire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Karrikell, le fourre tout Breton de Saint-Nazaire
  • Karrikell, le fourre tout Breton de Saint-Nazaire
  • : Culture bretonne de Saint-Nazaire (Brière/Presqu'île Guérandaise/Pays de Retz)
  • Contact

Recherche

Liens