Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 12:57

Saints bretons du Pays de Retz

 

Saint Gildas

Saint chrétien fêté le 29 janvier.


 gildas

photo : /www.earlybritishkingdoms.com/

 

Le Saint Gildas historique

 

Gildas dit Sapiens « le sage » ou  de Rhuys est né à Dumbarton (Alt Clut en britonnique, "Clyde Rock") dans le Strathclyde (estuaire de la Clyde) (actuelle Ecosse) aux alentours de  490 et décédé en 569 ou 570, (Gweltaz ou Guedas en breton), est l’un des saints Bretons  les plus prestigieux.

 

800px-Scotland_Dumbarton_Castle_bordercropped.jpg

 Dumbarton

« le rocher de la Clyde »

 

 

 

Photo Wikipedia

 

 

250px-Kingdom-of-Strathclyde.jpg

 ancien royaume du Strathclyde

 

 

 

 

 

 

carte Wikipedia

 

Gildas fut le mentor de Vennacius de Findbarr, qui devint lui-même celui de saint Colomba d'Iona. Saint Gildas aurait également été le père du poète d’Aneirin.

(On peut y lire un extrait dans l’article Histoire de la langue bretonne)

 

Gildas aurait été l’un des fils de Caw, roi de Strathclyde ; il aurait été éduqué par Ildut de Llantwit à Llantwit Major, près de Cardiff ; il serait devenu fondeur de cloches de profession (il en aurait envoyé une à Saint Bride vers 519) ;

 

De excidio Britanniae, de la ruine de la Bretagne

 

Gildas est plus qu’un saint breton car il est célèbre pour ses écrits « De excidio Britanniae » (De la ruine de la Bretagne )

Le De Excidio Britanniae est un sermon en trois parties écrit par saint Gildas dans laquelle il condamne les actions des rois contemporains, aussi bien laïcs que religieux.

 

Dans son De excidio Britanniae, Gildas mentionne le fait que l'année de sa naissance fut la même que celle de la bataille du Mont Badonicus (où participa le roi Arthur), c'est-à-dire aux environs de 490 (à une décennie près, car la date de la bataille n'est pas connue avec précision).

Dans les années qui suivirent le De Excidio, le travail de Gildas fut un modèle pour les écrivains anglo-saxons, que ce soit en latin ou d'autres langues. Par exemple, l'Historia ecclesiastica de Bède le Vénérable se repose énormément sur Gildas pour sa version des invasions anglo-saxonnes.

 

Une citation célébre  de cette oeuvre est  * "Brittania reges habet, sed tyrannos."

« La Bretagne a des rois mais ce sont des tyrans. »

 

Léon Fleuriot déclara "Gildas mérite d'être considéré comme le plus important des pères de la littérature latine de notre Bretagne"

 

Saint Gildas en Petite Bretagne

 

en 520, après un pèlerinage à Rome (usage suivi par beaucoup de saints bretons) il passa sept années à l’abbaye de Rhuys en Bretagne. Il fut un an à la tête de l’abbaye de Llancarfan au Pays de Galles, en l’absence de son abbé, saint Cadoc. Après 528 il s’établit à Street, dans le Somerset (près de Glastonbury) et construisit une lan (forme bretonne) ou llan (forme galloise), ermitage comprenant église et enclos, dont le tracé serait encore visible à Holy Trinity.

 

Plus tard, (vers 544) il revint en Bretagne, à Rhuys, où il demeura jusqu’à sa mort, à l’exception d’un voyage en Irlande qui aurait eu lieu vers 565

 

castennec2.jpg

La Chapelle de Castennec

 

à Bieuzy-les-Eaux (56)

 

 

 

 

 

 

 

Photo : www.cartesfrance.fr

 

abbatiale-st-gildas-de-rhuys-morbihan-copie-1.jpg

 L'abbatiale à Saint-Gildas de Rhuys

 

 

Photo : siratus-alabaster.over-blog.com



Saint Gildas et sa règle monacale

 

Ordonné prêtre, il mit sa plume au service de l’idéal monastique. D’après des fragments de ses lettres il aurait écrit une « règle » monacale moins austère que celle qu’écrivit son contemporain gallois saint David, et il y propose des pénitences moins dures en cas d'infraction à la règle. On impute à Gildas la composition d'un cantique appelé la Lorica, ou encore le Plastron. Il s'agit d'une prière pour être délivré du mal, qui contient d'intéressants spécimens de latin hispérique (variante du latin crée par des moines irlandais au VIe siècle, utilisé jusqu'au XIIe siècle).

 

Saint-Gildas ou Guédas en Pays de Retz

 

La forme bretonne locale en Pays de Retz est Guédas qui fut refrancisé en Gildas.

Cette forme Guédas est également attestée en Morbihan.et plus précisément entre Vannetais et Nantais au passage de la Vilaine, par le « passage de Guédas ».

(correspond approximativement à l’ancien pont de la Roche Bernard)

Une famille noble porte encore ce nom « De Saint Guédas »

Le nom Guédas est encore porté en Morbihanet la forme Guedes est un nom originaire du Finistère.

 

La légende nous rapporte que St. Gildas débarqua sur la pointe de Chevesché au 6e siècle laissant l'empreinte de son pied dans le rocher. Ce vestige sera, au milieu du 19e siècle, incorporé dans les fondations de la nouvelle chapelle de St. Gildas construite à la charge des habitants de Préfailles.

 


 

cartes-postales-photos-Moutons-au-Paturage-a-la-Pointe-Sain.jpg

 La pointe Saint-Gildas au temps des moutons et de la vieille ferme

 

 cartes-postales-photos-La-Chapelle-sur-la-Dune-PREFAILLES-4.jpg

 La « nouvelle » chapelle

Saint-Gildas à Préfailles

 

 


 

 

 

la-pointe-st-gildas-872.jpg

La pointe Saint-Gildas

ou « comment contourner la loi littoral »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo :www.ot-pornic.fr

 

 


 

P1180422

 

un aperçu plus sauvage de la pointe Saint-Gildas

  

 

 

 

 

Photo :  paysagesdefrance.blog.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by karrikell.over-blog.com - dans Pays de Retz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Karrikell, le fourre tout Breton de Saint-Nazaire
  • Karrikell, le fourre tout Breton de Saint-Nazaire
  • : Culture bretonne de Saint-Nazaire (Brière/Presqu'île Guérandaise/Pays de Retz)
  • Contact

Recherche

Liens